Laos pays de mes origines

le

Sur les traces de mon père


Note d’histoire : 
Le Laos a vécu de nombreux bouleversement, pays communiste, il ne s’est pas comme ses voisins le Vietnam ou la Thaïlande démocratisé. De l’époque coloniale, en passant par l’invasion japonaise jusqu’à la guerre d’Indochine (1946-1954) c’est un pays qui a été dévasté. Enclavé entre la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam et le Myanmar, il a vécu de nombreuses invasions toutes plus dévastatrices les unes que les autres.

Au 17ème siècle c’est la colonisation française, ce petit pays muni d’un roi ce laissera néanmoins gouverner par des administrateurs français. Ensuite vient la seconde guerre mondiale. Lors de la deuxième guerre mondiale les japonais tente d’envahir le territoire.

À ce moment là, Les laotiens réagissent et souhaite leur indépendance tout comme le Vietnam qui à déjà à cet époque déclaré la guerre à l’invasion française, japonaise, etc. Le Laos s’enfonce donc dans une guerre civile, puis les nombreux bombardements plonge le Laos en plein milieu de la guerre du Vietnam, d’Indochine. Malheureusement à ce moment, alors que bien des pays d’Asie du Sud-Est ont réussis à se libérer quelques années plus tard de la dictature, le Laos demeure déchiré par les guerres et tente de se relever. La plupart de ses grandes villes ou capitales provinciales étaient des créations coloniales dirigées par les Français. Ceux-ci avaient fait immigrer des Vietnamiens ainsi que des Chinois afin de les peupler et utiliser la main d’œuvre pas assez nombreuse.

La population laotienne n’a donc pas encore d’organisation suffisamment puissante pour imposer la démocratie et déloger la dictature. De plus, contrairement à la Thaïlande, le Roi n’a plus de fonction et n’existe plus. Ce qui aurait pu permettre de tempérer la dictature. Ainsi, le Parti communiste n’a aucune entrave à son plein pouvoir.

Finalement, le Laos est aujourd’hui membre de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est(ANSEA), et commence à s’ouvrir au marché mondial. En effet, depuis les années 80, le gouvernement diversifie son économie et signe de nombreuses ententes commerciales avec ses voisins. On peut donc observer que malgré que la situation demeure très difficile, elle va en s’améliorant. De cette manière, le gouvernement remplit sa tâche, à défaut d’être démocratique.

Beaucoup de travail au niveau des droits humains doivent être fait, mais en observant à quel point la population a pu être divisée lors des guerres d’Indochine et la manière dont le pays se relève, le Parti populaire révolutionnaire lao (Etat centralisé autour d’une idéologie d’inspiration communiste, incarnée par un parti unique) a le vent dans les voiles et ce pour plusieurs années encore, à moins bien sûr d’un soudain retournement. 

Mon histoire :  

Dans tout ce contexte, vie une famille appelée la famille Saithavy, famille aisée à l’époque au Laos. Cette famille c’est la mienne, mon grand père était au gouvernement et lorsqu’il y a eu le renversement du gouvernement par les communistes Lao, mon grand père à été mis en camp de concentration dans le nord du pays où il y mourra. Ma grand-mère décide donc de fuir le pays et de sauver ces enfants, elle en a 7 dont mon père Boungnavath Saithavy. Ils fuiront vers la Thaïlande en camp de réfugié, mon père étant l’aîné mais âgée seulement de 17 ans il partira le premier. Pour ce faire il a du traverser à la nage le Mékong afin d’atteindre la frontière thaïlandaise. Arrivée en camp de réfugié il rencontrera Bounleua KIATIKHEMA, une amie d’enfance qu’il retrouve la bas. Bounleua le prendra sous son aile, majeur elle pourra obtenir le titre de réfugié politique en France pour elle, une partie de sa famille et mon père qu’elle inscrira comme son frère dans sa déclaration. Mon père étant mineur à l’époque il ne pouvait obtenir ce statut. Ayant tout deux vécu la colonisation française ils avaient appris le français a l’école c’est pourquoi ils ont décidé de s’entraider et partir pour la France. Bounleua s’était occupée des papiers d’où le changement de Nom de mon père qui s’appèlerait désormais Boungnavath Kiatikhema.

Il commenceront une vie loin de leurs pays natale et de leurs famille, des enfants déracinés et perdu dans un autre pays où la culture est au antipode. Arrivée à Paris en centre de réfugiés ils seront transféré à Bourneau par la suite. C’est ainsi que ma sœur Melinda et moi-même portons le nom KIATIKHEMA, de notre tata adoptive.

Mariage de ma sœur Melinda (gauche) en tenue laotienne avec ma tante Mee (centre) et moi (droite)



Mon parcours 

Savannakhet, vientiane, vang vieng, Luang Prabang, vientiane, savannakhet, pakse, 4000 îles, champassak, pakse, Ubon rachtani,  

Dates
: Du 23 janvier au 20 février 2017 

Particularité : 11 février Chantal et Marie m’ont rejoint chez ma tata Bounleua au plateau des bolovens.

Inévitablement le Laos à été pour moi l’un des plus beau pays parcouru.

Le Laos possede des paysages authentiques non dénature par l’homme, des cascades, des montagnes, des plantations de riz et des champs de cultures rempli d’animaux.

Le Laos c’est tout simplement beau et authentique et cest un pays qui vie au fil du Mékong. L’eau ca apporte toujours quelque chose en plus. Le Mékong ont le suit tout au long d’un voyage au Laos car il est omniprésent partout où l’on va. On s’y baigne sans broncher, l’eau est douce et très clair à certains endroit tel que l’ile de champassak.

Contrairement aux autres pays, je n’ai pas découvert le Laos en tant que voyageuse solo, je l’ai découvert grâce à ma famille Laotienne vivant la bas.

Mon ressentis

J’ai été très ému de voir ma famille laotienne, découvrir la d’où venait mon grand père, mon père ainsi que mes oncles et tantes. Apprendre à mieux connaître mes origines, ma culture asiatique. Mon oncle Yo m’a pris sous son aile pendant se périple et ma expliquer tout ce qu’il y a à savoir sur ma famille Saithavy. J’ai pu lui poser de nombreuses questions reste jusque là sans réponse.

J’ai appris que j’avais beaucoup d’oncles et tantes au Laos. Et de surcroît beaucoup de cousins et cousines. Tous, n’attendaient que ca de me rencontrer et également de me faire partager leur quotidien, leur culture. J’ai appris à cuisiner Lao, parler Lao, vivre comme une Lao, prier bouddha, m’habiller Lao, connaître toute l’histoire Saithavy bref une immersion totale avec ma famille qui a été riche en émotions et enrichissante.

Le 1/02/2017, je me trouve dans le village natale de mon grand père près de Phongpho un village situé au bord du Mékong au sud de pakse. Oncle yo m’explique qu’il fut un temps il y avait toujours la maison où ils sont nés mais malheureusement plusieurs personnes sont décédées dans cette maison typiquement lao en bois sur pilotis. Les membres de la familles et voisins, superstitieux décident donc de demollir la fameuse maison “hanté”. Ils pensent qu’elle est remplis de mauvais esprits.

Ce même jour je rencontre des cousines de mon père, mes cousins, cousines et autres membres de ma famille. Nous passons la journée à échanger, cuisiner, manger et nager dans le Mékong pour finir par une soirée bien arrosé… J’y resterais dormir sur un matelas au sol, sous une moustiquaire avec 4 autres membres de ma famille, à la Lao.

Au fil de cette journée j’ai appris que mon père était né dans un village un peu plus proche de pakse nommé Nongbouanay. On m’apprend que mon grand père laotien était très apprécié des villageois. De maire il a gravit les échelons pour passer Chef de police puis general de l’armee.

Mon père était apparement un vrai casse coup, premier garçon de la famille puisqu’il était l’aîné, mes grand parents lui laissais tout faire et ne lui refusait rien. C’est assez intéressant d’apprendre à connaître son père a l’âge de 24 ans, on a l’impression que l’on nous parle d’un homme qui vous est inconnu mais en même temps qui vous est très proche.

Mariage de mon tonton Joe près de Vientiane février 2017

En ce qui concerne le Laos, parce que mon histoire ca va bien mais qu’en est il du pays à proprement parlé :

  • Le nord du Laos est plus développer et donc touristique. Beaucoup de touristes quand il font le Laos font surtout le nord en passant par Vientiane la capitale toujours marqué par la colonisation française (panneau en français, école internationale française, boulangerie, etc), puis vang vieng et pour finir Luang Prabang. Les paysages y sont magnifique entre les montagnes au fil du Mékong, les cascades d’eau turquoise et les plaines ont est servi !  
  • Le centre du Laos est composé principalement de deux villes intéressantes : thakek et savannakhet ! Dans ces villes il fait bon vivre, les Lao sont très gentil, souriant et ne voient pas souvent des touristes donc relativement curieux.  
  • Le sud du Laos c’est la d’où vient ma famille laotienne. On trouve pakse, plateau des bolovens, champassak et les 4000 îles. Le Sud est tout aussi magnifique que le nord, les chutes d’eau sont à coupe le souffle, les cascades je n’en parle même pas et en ce qui concerne les cultures de café la, thé et plantes dans le sud il y a quoi voir. Le site de Vat phou et l’ile de à Champassak valent le détour ! Les 4000 îles je n’en parle même pas j’ai eu la chance d’y voir des Dolphins d’irrawdi.  

Conclusion

Le Laos c’est tout simplement l’Asie d’autrefois belle et simple, sans prétention on y va pour la nature et les locaux. Ce n’est pas aussi développer que la Thaïlande et ça fait du bien ! Les paysages sont diverses et variées il y a donc de quoi faire c’est même difficile de faire des choix. C’est un pays à part entière qui mérite qu’on prennent son temps pour le visiter.

Le Laos c’est mon pays d’origine et j’ai la culture Lao qui coulent dans mes veines je suis sûr d’y retourner et apprendre encore plus, la langue, la nourriture, les traditions, etc. Pour moi ce n’était qu’une introduction, le Tourisme se développant de jours en jours au Laos pourquoi ne pas essayer de m’y installer pour un temps en tout cas… on verra ce que l’avenir me réserve.

Merci à ma famille laotienne de m’avoir accueilli, merci à mon oncle Yo de m’avoir expliqué l’histoire de ma famille et de prendre soin de moi, merci à tonton soulath et tata Bounleua de faire partie de ma famille je suis tellement fière de ce que vous faites pour les enfants, vos pairs, l’environnement et la transmission de vos savoirs. 

Mon Bon plan :

Acheter vous une moto pour faire le Laos à votre guise, à votre allure, à votre rythme et n’hésitez pas à vous perdre les Lao se feront un plaisir de vous aider et/ou de vous accueillir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s